Notre voie électronique à nouveau disponible sur abidjan.netVendredi--Juillet-2011
11 avril 2011 - 11 avril 2016: 5 ans après sa déportation à La Haye Gbagbo présent dans les cœurs -- pulié le : Lundi--Avril-2016
Issue No.: 5306
du
Mardi 17 Mai 2016

Tèl :22 49 51 97/22 49 51 98
Fax :22 49 51 96
BP:06 BP 2868 Abidjan 06
Mail:lequotidiennotrevoie@yahoo.fr
situation géographique:RIVIERA PALMERAIE

  A la une

Conférence fédérale à adzopé: Agnès Monnet interpelle les responsables locaux du Fpi
La secrétaire générale et porte-parole du Front populaire ivoirien (Fpi), Agnès Monnet, a demandé aux responsables locaux du parti d’impliquer les femmes dans leurs actions pour plus d’efficacité sur le terrain.

Œuvrer au renforcement de son assise sur le terrain afin de redonner au Front populaire ivoirien (Fpi), ses couleurs et sa place sur l’échiquier politique national. C’est le message fort adressé par la secrétaire générale et porte-parole du FPI aux responsables locaux du parti, samedi dernier, à la Conférence fédérale d’Adzopé. Elle a demandé aux fédéraux de faire fonctionner le parti en occupant sainement le terrain. La numéro 2 du parti à la rose a exigé la multiplication de nouvelles sections et des comités de base pour faciliter l’encadrement des militants. A cet effet, elle a enjoint les responsables fédéraux de remplacer les animateurs défaillants, ce qui permettra de booster le fonctionnement et la santé de la formation. «Il faut avancer. S’il y a des responsables qui sont hésitants, il faut automatiquement les remplacer. Ils vont prendre le train en marche», a-t-elle martelé sur un ton de fermeté.
Réagissant à l’exposé de Marc Aka Séka et Richard Abenin, respectivement secrétaires généraux des fédérations d’Adzopé 1 et 2, Mme Monnet a dénoncé la mise à l’écart des femmes de l’organisation locale du Fpi, cela, en violation totale des textes du parti. «Ce n’est pas normal que vous ne respectiez pas le quota de femmes dans vos bureaux. Le Fpi, c’est quand même le Fpi. Il y a des femmes volontaires. Pourquoi vous ne les responsabilisez pas ?», a-t-elle interrogé. La secrétaire générale et porte-parole du Fpi a indiqué que les femmes sont d’un précieux concours pour la bonne marche de tout projet social. «L’expérience a montré que les femmes sont très engagées en politique. Elles sont influentes et d’autres vont jusqu’à utiliser leur argent pour financer le parti, là où souvent certains responsables sont à la traîne», dira-t-elle.
Le vice-président Joseph Assi Bénié et le secrétaire national Edmond Assi ont félicité les militants de La Mé pour leur performance remarquable à la présidentielle du 25 octobre dernier. Ce qui confirme, selon eux, tout ce qui se dit d’Adzopé, à savoir que c’est un bastion imprenable du Front populaire ivoirien. «Avant d’arriver ici, j’avais des appréhensions. Mais j’ai été agréablement surpris par votre mobilisation qui démontre que le Fpi reste solidement implanté à Adzopé», a soutenu Jospeh Assi Bénié. Qui a abondé dans le même sens que la secrétaire générale en exhortant les animateurs locaux du parti à être rigoureux pour faire avancer les choses.
Le vice-président a, par ailleurs, informé les militants de ce que la Cour d’Appel d’Abidjan a tranché la crise au Fpi en donnant raison à Pascal Affi N’Guessan. «Désormais, retenez qu’Affi N’Guessan est le président du Fpi reconnu de tous… Il n’y a pas deux Fpi. Il y a un seul Fpi. Si d’autres font autre chose, c’est de la sorcellerie», a-t-il avancé dans un tonnerre d’applaudissements.
Edmond Assi a demandé aux militantes et aux militants du Fpi de ne point se laisser intimider par qui que ce soit, car, grâce, aujourd’hui, à l’intelligence politique d’Affi N’Guessan, le Fpi a sorti la tête de l’eau. «Que serait devenu le parti, si nous n’étions pas allés aux élections ? Souvenez-vous des élections locales de 2011 où nos militants sont allés dans tous les sens pour soutenir les candidats des autres partis…», rappellera-t-il.
Le secrétaire national a demandé aux militants de se mobiliser pour permettre au Fpi de rafler tous les postes électifs de la région aux élections à venir. Il a dénoncé la mauvaise foi de ceux qui trompent les militants du parti à la rose en faisant croire qu’ils travaillent à la libération de Laurent Gbagbo. «Ils vous mentent. Ils travaillent pour eux-mêmes», a-t-il affirmé.
Marc Aka Séka et Richard Abénin ont présenté la situation de leurs fédérations respectives en rapportant des difficultés de ressources humaines pour bien mailler le terrain. Ils ont, en outre, annoncé la création de nouvelles sections qui permettra au parti de renforcer son assise.
Agnès Monnet et Athanase Adopo ont été désignés candidats du Fpi respectivement à Agou et Adzopé sous-préfecture.
César Ebrokié,
 

 

 

 

Copyright
  Copyright © 2000 Notre Voie. Tous droits réservés.
site conçu et hébergé par I2S2